Docteur Costil
Cabinet médical à Neuilly sur Seine

Hernie de l'aine et éventration

Qu'est ce qu'une hernie de la paroi abdominale ?

Il existe plusieurs couches sur la paroi abdominale, avec des zones de faiblesse.
En savoir plus...
La paroi abdominale est composée de plusieurs couches, qui sont, de la profondeur vers la superficie :

- Le péritoine : un tissu très résistant qui mesure un peu moins de 1 mm d’épaisseur, qui est directement en rapport avec les différents organes intra abdominaux
- Le plan musculaire, dont l’épaisseur est variable, fait de plusieurs muscles qui se croisent et se recouvrent. C’est ce plan qui est responsable de la solidité de la paroi abdominale et qui retient les organes abdominaux mobiles (intestin grêle, côlon, épiploon)
- La graisse, dont l’épaisseur est variable
- La peau

Il existe des zones de faiblesse au niveau de la paroi abdominale

Ce sont des endroits où les muscles de la paroi sont très fins et sont traversées par différents éléments comme des artères et des veines

C’est à ce niveau que vont se développer les hernies : le péritoine va passer entre les muscles en formant un petit sac (comme si on appuyait avec un doigt dans un ballon de baudruche). Ce petit sac est appelé hernie. L'intestin peut passer en partie dans le sac pour aller jusque sous la peau.




Où sont situées les hernies de la paroi abdominale ?

Le point sur la localisation des hernies.
En savoir plus...
Elles sont situées principalement :

- Sur la ligne verticale entre le nombril et le sternum : hernie épigastrique
- Autour du nombril : hernie ombilicale
- A la partie inférieure de l'abdomen, de chaque côté du pubis : hernie inguinale et crurale

Elles peuvent être situées au niveau d'une cicatrice ancienne de l'abdomen, quelle que soit sa place : éventration

Elles peuvent être associées






Quelle est l'origine des hernies ?

Il existe plusieurs origines distinctes pour les hernies.
En savoir plus...
Soit l’origine est congénitale : il existe à la naissance une faiblesse localisée qui va se développer au cours de la vie. La hernie peut apparaître les premiers jours de la vie ou plus tard, quel que soit l’âge.

Soit l’origine est acquise : l’affaiblissement de la paroi musculaire avec l’âge va permettre le développement de la hernie

Plusieurs facteurs aggravent la hernie

- Augmentation de la pression abdominale : constipation, difficultés pour uriner (problèmes de prostate), toux chronique (fumeur, bronchite chronique)
- Position debout prolongée
- Contrairement à une idée répandue, une bonne musculature abdominale n’aggrave pas la hernie, mais a plutôt tendance à retarder son apparition. A l’opposé, le développement d’une hernie empêche une bonne musculation de l’abdomen


Comment fait on le diagnostic de hernie ?

En savoir plus...
Le plus souvent, c'est le patient qui ressent une gène localisée, associée à un gonflement sous la peau à ce niveau qui augmente en position debout.
Le diagnostic repose sur un examen clinique méthodique, fait,par un médecin qui a l'habitude d'examiner les hernies. Le médecin recherchera toujours d'autres hernies associées.

Les examens complémentaires sont de peu d'apport pour le diagnostic :
- L'echographie est souvent faite en position couchée, quand la hernie est rentrée, et peut ne pas retrouver la hernie
- Même chose pour le scanner, toujours réalisé en position couchée, qui souvent ne confirme le diagnostic que pour les très volumineuses hernies.


Quels sont les risques des hernies ?

En savoir plus...
Souvent, le patient ressent une simple gêne dans la région de la hernie, accompagnée par un gonflement local, qui apparait quand il passe de la position couchée à la position debout.
Ce gonflement va augmenter avec le temps.
Sans être douloureuse, la hernie va devenir de plus en plus gênante, surtout chez les patients sportifs. Elle va finir par limiter l’activité sportive.

En cas de douleurs locales importantes et brutales, surtout si elles s'accompagnent d'un gonflement de tout l’abdomen et de vomissements, la hernie est en train de s’étrangler. L’intestin s’est coincé dans la hernie et entraine une occlusion intestinale. Cela nécessite une prise en charge urgente en milieu chirurgical.

IMPORTANT : une hernie jusque-là bien supportée qui devient, en quelques semaines ou mois, de plus en plus gênante, peut traduire le développement d’une autre maladie, comme un problème de prostate ou l’apparition d’un polype dans le gros intestin. Ce fait doit être signalé à votre médecin, qui vous prescrira des examens (échographie de prostate, coloscopie).


Le traitement de la hernie est toujours chirurgical


Les différents slips et bandages herniaires doivent être considérés comme une solution d’attente, qui ne résout pas le problème de la hernie.

En savoir plus...
L’abord de la hernie se fait
- Soit par une petite incision de la peau devant la hernie (abord direct). L'intervention peut se faire sous anesthésie locale, régionale (rachi anesthésie) ou générale.
- Soit par laparoscopie (voir la page laparoscopie). L'intervention se fera toujours sous anesthésie générale.

 

Le traitement consiste à isoler la hernie, supprimer le sac et renforcer la paroi.
- Soit en refermant solidement les muscles avec des fils
- Soit en mettant une « plaque » qui est habituellement un tissu synthétique (type Dacron), d’une dizaine de cm de diamètre, ayant la consistance du « voile de la mariée ».

En cas d’abord direct, les 2 solutions sont possibles
En cas de laparoscopie, il n’est pas possible de refermer directement les muscles, la mise en place d’une plaque est obligatoire.

Le choix entre les 2 méthodes, abord direct et laparoscopie dépend
- De la hernie : son siège, sa taille, son ancienneté
- Du patient : son âge, son mode de vie (sportif, sédentaire...)
- Et largement des habitudes du chirurgien

Les suites sont le plus souvent simples, avec une sortie de l'établissement de soin le soir de l'intervention (hospitalisation de jour), ou le lendemain matin.



Qui doit se faire opérer de sa hernie, et quand ?

En savoir plus...
Très rarement, l’intervention chirurgicale est urgente car il existe un étranglement herniaire.

Le plus souvent, le diagnostic de hernie est fait dans une situation non urgente, une intervention chirurgicale est proposée au patient, qui reste bien souvent perplexe sur la suite à donner à cette proposition.

Les éléments suivants doivent vous aider pour votre prise de décision :

Une intervention chirurgicale est le seul moyen qui vous permettra de résoudre votre problème de hernie

Si la hernie devient de plus en plus gênante, qu’elle se rappelle tous les jours à vous, qu’elle devient difficile à rentrer, qu’elle vous gêne dans votre activité de tous les jours (travail, sport…), qu’elle entraine un préjudice esthétique …Faites vous opérer

Choisissez la date de votre intervention en fonction de :

Votre mode de vie

- Vous êtes fumeur, vous toussez l’hiver, ne vous faites pas opérer pendant cette période, les épisodes de toux répétés vont fragiliser la réparation avec un risque de récidive de la hernie.
- Vous envisagez un séjour sportif (type sports d’hiver) ne vous faites pas opérer dans le mois qui précède ce séjour.
- Vous pourrez marcher sans problème le lendemain de votre intervention, mais vous devrez prendre des médicaments contre la douleur pendant une petite semaine

Votre activité professionnelle

- Sédentaire : vous pourrez reprendre le travail 3 à 7 jours après l’intervention
- Très physique, avec des longs trajets : il faudra attendre un bon mois pour reprendre le travail

Vos moyens de transport

- Transports en commun : dès le lendemain, mais limitez à 1 h par jour pendant une semaine
- Voiture : 2 à 3 jours pour les petits parcours, une dizaine de jours pour les longs
- Train : le lendemain
- Moto : attendez 3 à 4 semaines minimum
- Avion : le lendemain si abord direct, attendez 3 ou 4 jours si laparoscopie

Votre activité sportive

- Marche dès le lendemain, pas plus d’une heure au début
- Sport type Course à pied, foot, tennis.. : attendez 3 semaines et ne forcez pas au début
- Sport type marathon : 2 bons mois
- Piscine : 1 mois, mettez des pansements étanches au début (le chlore n’est pas bon pour les cicatrices).


Quelles sont les suites et complications de la chirurgie des hernies ?

La chirurgie de la hernie est très routinière, il s’agit d’une des interventions chirurgicales les plus souvent réalisées dans le monde.
En savoir plus...


Les suites de l’intervention de la hernie sont le plus souvent très simples. Passage en salle de réveil après l’intervention, puis retour dans la chambre. Sortie, après avis du chirurgien et de l’anesthésiste, quelques heures plus tard (chirurgie ambulatoire) ou le lendemain matin.

Des complications sont possibles, elles sont rares.

Quelle que soit la méthode : abord direct ou laparoscopie

Hématome sous la peau, qui peut descendre jusque dans la bourse en cas de hernie inguinale. Le plus souvent il disparait tout seul. Dans de rares cas, une ponction est nécessaire

Infection de la cicatrice, pouvant nécessiter des soins locaux pendant une à deux semaines

Compression du cordon spermatique, en cas de hernie inguinale, qui se traduit par des douleurs et une augmentation de volume du testicule, une reprise chirurgicale en urgence peut être nécessaire.

Difficultés à uriner après l’intervention, chez les patients ayant un problème de prostate. Cela peut justifier une hospitalisation de quelques jours. Exceptionnellement, la mise en place d’une sonde urinaire est nécessaire.

Un « sérome » peut survenir quelques jours ou semaines après l’intervention, surtout en cas de hernie volumineuse ou récidivée. Il s’agit d’une poche de liquide, située sous la peau , qui peut progressivement augmenter de volume et nécessiter une ponction par le chirurgien.


Abord direct : perte ou baisse de la sensibilité autour de la cicatrice, qui s’améliore après 2 ou 3 mois.

Laparoscopie : des complications sont possibles, voir la page laparoscopie

Les complications dramatiques (hémorragies graves, péritonites…), mettant en jeu le pronostic vital sont heureusement exceptionnelles, elles surviennent essentiellement lors des étranglements herniaires chez des patients en mauvais état général.

La véritable complication est la récidive de la hernie.

Une récidive de la hernie est possible, quel que soit le type de la hernie, quelle que soit l’expérience du chirurgien. Le taux de récidive doit être inférieur à 1% des cas.

Pour limiter au maximum le risque de récidive, marchez lentement les premiers jours, ne forcez pas. Attendez 3 semaines à 1 mois avant de reprendre votre activité sportive.

Dernière mise à jour le lundi 29 août 2016